Gabrielle Laurent

Mémoire

Gabrielle Laurent, Le renouveau de l’éclectisme thermal. Études d’Argelès-Gazost, de Luz-Saint-Sauveur et des Eaux-Bonnes, ENSAP Bordeaux, Janvier 2016 – cliquez ici

Mots-clés : établissement thermal, thermalisme, bains, Pyrénées

Résumé

   Depuis une vingtaine d’années, le thermalisme français est en train de vivre un tournant, tant dans ses offres de soins que dans son aspect architectural. Ayant fait le constat d’un déclin du secteur d’activité, les spécialistes du monde thermal ont engagé le thermalisme dans une diversification de ses activités, afin de mieux s’adapter aux nouvelles attentes des curistes. En fait, il est désormais admis qu’il y a plusieurs profils de curistes, et on peut donc supposer en conséquences qu’il existe plusieurs manières de prendre les eaux. 

Au travers de trois cas d’études (Argelès-Gazost, Luz-Saint-Sauveur et Eaux-Bonnes), ce mémoire tente de retracer comment s’installe cette diversification au sein des établissements thermaux et ce que cela implique en termes d’architecture. Une approche historique, complétée par des données économiques, permet de montrer que le thermalisme est un secteur en perpétuelle évolution, qui sait s’adapter aux modes et aux contraintes. Véritable outil de communication, l’éclectisme apporte un vocabulaire architectural qui permet une grande liberté d’expression, propice aux changements. Déjà promu au XIXème par les architectes thermaux, l’éclectisme refait son apparition dans l’écriture des nouveaux espaces thermoludiques et sert à construire la nouvelle image du thermalisme français.