Romain Aliès

Mémoire

Romain Aliès, Yu kara yu made – d’un bain à l’autre. Du senti au super senti, les établissements de bains japonais aujourd’hui, ENSAP Bordeaux, Janvier 2016      – cliquez ici

Mots-clés établissement de bains publics, Japon, sento, super sento 

Résumé

     Au Japon, les sources d’eau chaude naturelles sont nombreuses dans le sous-sol volcanique et le territoire est composé de nombreuses îles. La relation d’un peuple avec l’eau y est très forte. Seul ou en groupe, dans un bain public rempli de vapeur, dans un large bassin extérieur rempli d’eau de source naturelle ou dans leur propre salle de bain, la majorité des Japonais s’immergent quotidiennement dans l’eau chaude. Mais ce bain n’a pas qu’une valeur hygiénique, il fait partie intégrante de la culture japonaise, qui est imprégnée d’une symbolique de l’eau, un élément perçu comme purificateur. Au travers des rituels bouddhistes, des mythes shintoistes et des formalisations architecturales religieuses, cet élément témoigne d’un lien au sacré. Depuis les premiers récits sur la culture japonaise et les bains pris en milieu naturel, la baignade en société a évolué. L’architecture de l’établissement de bains se décline aujourd’hui en de multiples structures. Parallèlement au développement du thermalisme, qui prend la forme des onsen, la visite à un autre type d’architecture est fortement ancré dans les mœurs japonais. Il s’agit du bain public : le sento. Cependant, ce dernier semble depuis quelques décennies disparaître progressivement au profit d’un autre, le super sento, entraînant l’évolution d’une pratique de quartier à une échelle métropolitaine. Ce mémoire veut comprendre le processus de construction de ces lieux dans le Japon contemporain.