Alexia Barritault

Mémoire

Alexia Barritault, Le squat, Porteur d’une révolution urbanistique ?, ENSAP Bordeaux, Juin 2016 – cliquez ici

Mots-clés : squat d’activité, gouvernance, révolution urbanistique, revitalisation urbaine, processus analytiques, métropolisation, stigmatisation territoriale, habité éphémère, légalisation, institutionnalisation, participation, Christiania, Copenhague

Résumé

    À l’heure des grandes questions de durabilité des villes, un nouvel intérêt pour les espaces délaissés émerge, et fait l’objet d’une révolution dans l’appréhension et la représentation de la ville d’aujourd’hui, ainsi que dans les modes de fabrication de celle de demain. S’ils ont bien longtemps été considérés comme un « négatif » de l’espace, les squats d’activités semblent au contraire être à présent, le nouveau terrain de jeux des citadins, le théâtre de nouvelles appropriations et l’aire de nouvelles urbanités. Christiania, squat situé à Copenhague et reconnu pour être le plus grand d’Europe, nous montre sa définition de la ville et de cet urbanisme alternatif innovant qu’il décrit, à l’origine d’un bouleversement de nos pratiques actuelles. Alors, le squat peut-il être porteur d’une révolution urbanistique ? Entre répression et tolérance, intégration et institutionnalisation, les squats d’activités au travers des relations entretenues avec les autorités, témoignent alors d’un des grands paradoxes de la fabrication de la ville.