Olivier Marchyllie

Mémoire

Olivier Marchyllie, La coexistence humaine et spatiale entre un hub mondial et un territoire rural. Le cas de l’aéroport Charles de Gaulle, ENSAP Bordeaux, Juin 2018 – cliquez ici

Mots-clés aéroport, métropolisation, mondialisation, Grand Paris Express, fractures territoriales

Résumé

L’aéroport est un outil de mobilité fascinant des villes actuelles. Symbole fort de la mondialisation, il fait partie de la liste des équipements structurant la fabrication des métropoles. Cependant, si notre oeil de voyageur voit l’aéroport comme un moyen de transiter de d’un point A à un point B, quand est-il de notre oeil d’architecte ? L’architecte voit le territoire dans lequel s’insert la plateforme aéroportuaire. Si certaines villes comme Denver ont leur aéroport international au milieu d’étendues désertes, d’autres se situent au coeur d’espaces habités et vécus quotidiennement par des milliers de personnes.
C’est le cas de notre aéroport d’étude qui n’est autre que le premier aéroport français et dixième mondial en terme de passagers : l’aéroport Charles de Gaulle. Ce hub mondial est un des principaux pôles économiques de la région Ile-de-France. Situé au Nord-Est de la capitale, il s’insert dans le coeur de la Plaine de France, dans un maillage administratif et territorial des plus complexes. Son arrivée a entrainé la création d’une situation de coexistence, telle une symbiose entre deux êtres vivants d’espèce différente. Cependant, dès les premiers mouvements d’avion, la symbiose pris fin et une rupture violente entre l’aéroport et son territoire hôte s’est produite, matérialisée par le départ de centaines de personnes qui ont cédé une partie de leur vie au groupe Aéroports de Paris.
Aujourd’hui, l’équilibre est rétabli entre l’aéroport et son territoire. Mais dans un contexte dominé par l’arrivée de compétitions internationales comme les Jeux Olympiques et Paralympiques d’Été 2024, le territoire hôte de Charles de Gaulle attire les regards de la nouvelle Métropole du Grand Paris. Par son projet de super-métro, celle-ci va, sans le vouloir, contribuer à la fragilisation de la coexistence entre l’aéroport et le coeur de la Plaine de France. En plus d’une augmentation des nuisances sonores qui contribuent à la dégradation de la qualité de vie et de la santé des habitants, c’est la polarisation des activités économiques au niveau de l’axe autoroutier qui va contribuer à la création de zones de surintégration et de surexclusion. C’est le cas des communes de Seine-et-Marne qui sont victimes du phénomène d’exurbanisation et de l’offre commerciale outrancière du pôle économique à la frontière Val d’Oise – Seine-Saint-Denis.
Grâce à une démarche alliant recherche documentaire, revue de presse et entretiens, nous avons pu voir qu’une situation de coexistence entre l’aéroport Charles de Gaulle et son territoire hôte sera certainement difficile à maintenir, dans un contexte de mondialisation qui pèse sur la vie des ruraux.