Arthur Rundstadler

Mémoire

« L’éloge de la lenteur » en architecture. Le temps comme ressource et outil de projet, ENSAP de Bordeaux, janvier 2021 – cliquez ici –

Mots-clés : Accélération – Conception – Radicant – Temporalité – Enseignement – Contexte – Scandinavie

Résumé

L’accélération est l’expérience majeure de l’ère moderne. Issue de la philosophie des lumières, celle-ci s’est avérée être une source de progrès considérable pour l’être humain. Toutefois, insatiable et globale, elle semble montrer ses premières limites, sociales et environnementales. Ce nouveau rapport à la temporalité n’épargne pas le projet d’architecture, où le Temps est désormais perçu comme une contrainte, que l’on cherche à faire disparaître de la conception. Les conséquences observées creusent un fossé entre une société de plus en plus complexe, et une architecture qui s’uniformise en simplifiant son potentiel spatial et en omettant de s’inscrire dans un contexte.
Face à cet emballement général, un appel à ralentir se fait de plus en plus entendre. La pensée radicante propose une approche architecturale alternative, basée sur l’expérimentation, le contexte et la fabrication, en considérant le temps comme une ressource illimitée et disponible. Une philosophie qui fait écho à l’enseignement Scandinave, et qui s’avère désormais être un véritable laboratoire, dont les expériences aboutissent à des projets concrets visant à prouver sa cohérence à plus grande échelle.
Cette réflexion s’inscrit donc dans un débat d’actualité crucial, concernant la nécessité et l’ampleur de l’évolution de la conception en architecture face aux enjeux de société actuels.