Isaline Lapetite

Mémoire

Isaline Lapetite, Architectes pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne. Quelle collaboration entre architectes et néo-paysans ?, ENSAP de Bordeaux, février 2019 – cliquez ici

Mots-clés : association, autoconstruction, bar associatif, biosourcé, campagne, circuits-courts, coopérative, ferme pédagogique, habitat léger, micro-architecture, néopaysan, néo-rural, vernaculaire

Résumé

« Diagonale du vide », « vide du vert », « désertification » … Le monde rural n’a pas une très bonne image. Il est souvent décrit par ce qu’il n’a pas. On le décrit par ses commerces qui ferment, par son manque de services et de transports en commun. On
raconte qu’il souffre d’isolement et d’enclavement. Pourtant des nouveaux arrivants militent pour redynamiser les territoires ruraux. Ceux qui sont certainement considérés
comme les plus fous sont les néo-paysans. Ils ont connu jusqu’alors la vie citadine et fréquenté les bancs des écoles supérieures. Mais un jour ils décident d’abandonner la vie confortable que leur promettait l’avenir, pour aller se confronter à un métier en crise: le métier de paysan.
Parmi les néo-ruraux, des architectes décident également d’investir les campagnes, semblant fuir les agences d’architecture à la recherche d’une autre manière d’exercer.
Et c’est peut-être dans le monde agricole qu’ils ont trouvé cet ailleurs : une cause politique à soutenir, celle de ces petits paysans qui exercent à contre-courant des méthodes conventionnelles, des projets de territoire à expérimenter, sur lesquels peu d’architectes et de paysagistes se sont déjà penchés, et une nouvelle manière d’exercer, qui s’effectue plus sur le terrain qu’en bureau. Quelle collaboration existe actuellement entre les néo-paysans et les architectes néo-ruraux ? Quels freins rencontre-t-elle ? Quels leviers d’action sont possibles pour voir architectes
et paysans travailler main dans la main ? Si questions vous intéresse, c’est par ici !