Marguerite Dauvizis

Mémoire

Marguerite Dauvizis, Le rôle des ONG humanitaires dans les favelas les plus précaires. Le cas de Teto à Curitiba, mémoire de master, ENSAP de Bordeaux, juin 2021 – cliquez ici

Mots-clés : ONG – favelas – Brésil – Curitiba – Précarité – Habitat – Urgence

Résumé

Les favelas ne font pas partie des cartes postales de toutes les villes du Brésil. A Curitiba, on pourrait même imaginer qu’elles n’existent pas.
Que cette distance soit la conséquence des politiques gouvernementales d’exclusion ou d’une marginalisation médiatique, elle n’en reste pas moins infranchissable. Les ONG humanitaires sont souvent les dernières à surmonter les barrières sociales pour venir en aide aux habitants les plus démunis. Quand il ne reste plus que la société civile pour s’organiser et développer des réseaux de solidarité, c’est que le désengagement politique est manifeste.
Si l’extrême précarité n’est pas un choix, elle n’est pas non plus immuable. En tant qu’architecte, réfléchir aux enjeux de la crise du logement permet d’envisager des solutions à la démographie exponentielle des villes mondialisées.
Ce mémoire est une étude de l’intervention des ONG dans les favelas et de ses limites. Le développement de l’urbanisation informelle a mis en lumière la capacité des habitants à construire par eux-mêmes mais ne peut suffire à résoudre toute la complexité des impacts de la pauvreté. En évaluant objectivement les paramètres liés à cette cause, une remise en question critique des acteurs émerge, exhumant une nouvelle forme de penser, innovante et utopiste.