Portrait : Alizée Vauquelin

Alizée Vauquelin a choisi d’effectuer son exercice de mémoire sur le thème des villes connectées (Smart cities). En approfondissant ce sujet, qu’elle souhaitait développer dans sa future vie professionnelle, elle a abordé les limites et les contraintes de ce modèle de villes.

Après avoir obtenu son Diplôme d’État d’Architecte à l’ENSAP de Bordeaux en 2016, elle continue sa formation à l’École Nationale Supérieure de Techniques Avancées (ENSTA) de Brest, une école d’ingénieur de l’architecture marine et navale. Alizée a fait le choix de ne pas poursuivre dans la voie qu’elle avait initiée pour son mémoire de master et s’est, par la suite, rapprochée d’une autre voie, celle des chantiers navals. Portrait.

Question : Pourquoi avoir choisi le séminaire « Repenser la métropolisation » ?

Réponse Alizée Vauquelin : L’architecture m’intéressait à l’échelle urbaine et non pas en tant que simple objet. Parmi les différents domaines qui influent les dynamiques de la ville, la géopolitique était un domaine que je souhaitais aborder.

Je voulais appréhender l’impact de l’architecture sur le monde et non pas l’architecture en soi. Toutes ces raisons m’ont amenée à choisir ce séminaire.

Q : Quel sujet avez-vous questionné dans votre mémoire ?

A. V. : J’ai choisi de travailler sur les villes connectées, plus connues sous l’appellation Smart cities. Ce sujet me permettait de lier les thèmes sur lesquels j’avais envie de travailler, à savoir : la ville, la technologie et ses limites.

Plus précisément, j’ai voulu identifier les impacts négatifs de ce modèle de villes sur les individus, notamment le contrôle opéré sur les habitants et la perte de liberté qui était impliquée par la suite. Une autre des notions que j’ai soulignée a été l’abandon de l’aspect local au profit de systèmes globalisés et internationaux.

Q : Comment cet exercice vous a-t-il aidé dans votre vie professionnelle ?

A. V. : Cet exercice m’a permis d’adopter une méthode de travail. En effet, il s’agissait du premier exercice sur lequel il fallait effectuer autant de recherches de références à l’école. J’ai également pu développer un aspect technique de mise en page qui m’a été très utile par le biais du logiciel InDesign. Ces deux aspects me sont indispensables dans mon quotidien professionnel notamment quand il faut synthétiser des dialogues ou rendez-vous avec plusieurs professionnels.

J’ajouterai que le fait de devoir faire ce travail d’inventaire de références avec des auteurs qui ne partagent pas forcément la même position sur un sujet, m’a poussée à adopter mon propre avis sur les thèmes ou questions que je traite. Là encore, cette prise de position est un atout pour ma vie professionnelle.

Q : Quelle est votre situation professionnelle actuelle ? Et quelles sont vos responsabilités ?

A. V. : J’ai décidé depuis 11 mois d’arrêter de travailler et de parcourir le monde. J’ai notamment été en Amérique du Sud, Asie du Sud-Est et ai même pu faire le tour de la Méditerranée à bord de mon bateau.

Avant de vivre cette expérience, j’ai travaillé pendant près de 3 ans en Espagne dans la compagnie de chantiers navals MESTRAL MARINE WORKS, spécialisés dans la construction composite de bateaux. J’occupais le poste de chef de projet, comme un architecte sur son chantier mais avec un bateau à la place d’un bâtiment. Plus précisément, mes missions étaient notamment : dessiner la structure et l’intérieur d’un bateau de course, gérer des équipes de chantier et leur communiquer des plans exécutifs. Il fallait privilégier l’aspect fonctionnel plutôt que le côté esthétique. Il s’agissait d’être rationnel puisque ces bateaux de course au large devaient être en capacité de tenir sur une durée assez importante.

Q : Est-ce que vous avez poursuivi dans votre activité les thèmes que vous aviez développés dans  votre mémoire ?

A. V. : Je dirai que non. Dans cet exercice de mémoire, j’ai décidé de parler de villes connectées car je souhaitais travailler dans ce domaine. En effet, j’avais pour idée d’intégrer un laboratoire de recherches des Smart cities aux États-Unis. Cependant, le fait de souligner les aspects négatifs, par les multiples limites et problèmes que ce modèle de villes engendrait, m’a ouvert l’esprit et m’a donné envie de privilégier ma liberté à un système très codifié comme celui des Smart cities. C’est pourquoi le voyage et la découverte ont une place importante dans mon mode de vie.

Q : Quelles sont vos perspectives d’avenir ?

A. V. : Dans un premier temps, je voudrai poursuivre mon voyage que j’ai du interrompre à cause de l’épidémie du COVID-19. Je pense, une fois que les mesures se seront assouplies, que je ferai le tour de l’Europe avant de reprendre mon voyage international.

Dans un second temps, je pense recommencer à travailler dans une équipe de régate comme celle dans laquelle j’ai travaillé pendant 3 ans à Tarragone mais plutôt en France. Le principal à mes yeux est de continuer à travailler dans l’univers du chantier naval.

Q : Quel est le conseil que vous donneriez aux futur.e.s architecte.s ?

A. V. : Je dirai que c’est de construire d’après leur principe. De s’éloigner de ce que l’on pourra leur demander de faire et de le faire selon leurs envies. L’architecture ne doit pas être un caprice narcissique, c’est avant tout de construire éthique.

 

Pour aller plus loin :