Portrait : Anaïs Turquetil

Après avoir été diplômée d’État à l’ENSAP de Bordeaux en février 2017, Anaïs Turquetil continue son parcours universitaire en effectuant un Master USPMO[1] à l’Institut d’Aménagement, de Tourisme et d’Urbanisme de l’Université Bordeaux Montaigne. Depuis septembre 2019, elle travaille pour l’Agence d’urbanisme Bordeaux Aquitaine (a’urba) qui coopère avec Bordeaux Métropole et les collectivités territoriales (département, région, collectivités locales) afin d’élaborer des diagnostics et préconiser des solutions pour améliorer le cadre de vie à différentes échelles. Anaïs a expérimenté cette approche territoriale lors de son exercice de mémoire et semble avoir fait le choix de la conserver depuis. Portrait.

Question : Pourquoi avoir choisi le séminaire « Repenser la métropolisation » ?

Réponse Anaïs Turquetil : J’ai choisi ce séminaire car c’est le seul qui intégrait l’architecture dans un système global. Il ne s’agissait pas juste de traiter l’architecture seule mais de prendre en considération les éléments liés sans lesquels l’architecture ne serait pas envisageable, à savoir les acteurs, leurs actions, l’économie ou encore le territoire.

L’analyse à l’échelle territoriale ainsi que l’aspect systémique de l’architecture sont deux approches qui m’ont particulièrement plu.

Q : Quel sujet avez-vous questionné dans votre mémoire ?

A. T. : J’ai décidé de travailler sur le thème du développement territorial. En vivant un an à Ferrare lors de mon Erasmus, non loin de la ville très touristique de Venise, j’ai pu observer comment le développement du tourisme de masse en ville peut engendrer des conséquences négatives pour ces villes. J’ai également fait le constat que les territoires ruraux sont souvent oubliés ou pénalisés depuis les premières démarches de la métropolisation. Certaines mesures allant à l’encontre des volontés des habitants, qui ne sont ni écoutés ni consultés alors qu’ils représentent de véritables acteurs locaux du territoire et qu’ils ont des capacités d’actions.

Cette prise de position par rapport au territoire a été influencée par l’ouvrage Le Projet local d’Alberto Magnaghi, qui développe la façon de penser des territorialistes Italiens sur un système/ environnement plus large où campagnes et villes fonctionnent ensemble. À mon retour en France, j’ai de nouveau constaté ce décalage, marqué par la divergence entre récits politiques et souhaits des citoyens. Toutes ces observations et interrogations m’ont amenée à traiter ce sujet pour mon mémoire.

Q : Comment cet exercice vous a-t-il aidé dans votre vie professionnelle ?

A. T. : Cet exercice m’a beaucoup apporté notamment au niveau de l’écriture et de la méthodologie. J’ai appris à organiser et transmettre clairement mes idées, faire un plan, élaborer un argumentaire, ce que j’avais auparavant du mal à faire. Cela a représenté un véritable atout pour rédiger de nouveau un mémoire lors de mon master d’urbanisme. En effet, j’ai pu reprendre la même démarche que celle que je m’étais créée pour le mémoire à l’ENSAP, ce qui m’a permis de gagner un temps considérable.

De plus, cet exercice a aussi renforcé ma culture générale par la découverte et la lecture de nombreux ouvrages, forgé une méthodologie d’entretien et permis d’adopter une posture, qui se révèlent être de véritables atouts dans ma vie professionnelle actuelle.

Enfin, je dirai que l’enseignement et plus particulièrement les enseignants Xavier Guillot et Julie Ambal m’ont donné de précieux outils par leurs conseils avisés. Lors de l’exercice du mémoire, nous travaillons notre capacité de réflexion autour d’une idée : ils m’ont amenée à me faire me poser les bonnes questions (et non de préjuger de bonnes solutions qui n’existent pas) pour que mon mémoire soit pertinent et me permettent de me forger des convictions professionnelles.

Q : Quelle est votre situation professionnelle actuelle ? Et quelles sont vos responsabilités ?

A. T. : Je travaille depuis septembre 2019 à l’a-urba en tant qu’assistante de projet au sein de l’équipe Projet Urbain. Cette agence comporte environ 60 collaborateurs qui travaillent dans divers domaines comme l’économie, la sociologie, le graphisme, et bien sûr l’urbanisme. L’objectif de cette association est d’informer les collectivités pour les aider dans leurs choix politiques, comme par exemple encadrer au mieux les mutations des villes ou aider Bordeaux Métropole à définir ses ambitions et ses objectifs sur certains sujets en effectuant des études.

Elle est notamment active sur le projet de la transformation des boulevards à Bordeaux. L’objectif de cette mission est d’élaborer un cahier des charges de marché public avec et pour la métropole qui mènera ensuite à un appel d’offre dont l’objectif principal sera d’apporter des améliorations sur cette zone ciblée de la ville. Ce cahier des charges se rédige notamment par le biais de la concertation publique réalisée par Bordeaux Métropole et l’agence, ainsi que par des recherches techniques sur les boulevards. L’agence a la force et la chance d’être pluridisciplinaire, où la diversité des expériences et les savoirs complémentaires des collaborateurs permettent d’aborder tous les sujets sous plusieurs angles et donc de façon assez systémique.

Q : Est-ce que vous avez poursuivi dans votre activité les thèmes que vous aviez développés dans votre mémoire ?

A. T. : Cette mission reprend la notion d’analyse du territoire à une échelle plutôt large. Un autre aspect que j’avais aimé développer pour mon exercice de mémoire était la participation des habitants aux projets qui modifient leur cadre de vie. Dans mon poste actuel, l’habitant est toujours considéré comme un acteur clé du territoire. Par exemple, une autre des missions que je mène actuellement est de travailler sur la thématique de l’habitat, afin de proposer un bilan de la production de logements à Bordeaux Métropole lors de ces trois dernières années. Le cas échéant, la métropole pourra s’en saisir pour faire perdurer ou modifier des éléments de sa politique habitat. Je m’intéresse donc aux logements qui ont été créés dernièrement, à qui ils s’adressent, et quels en sont les aspects qualitatifs, dans le but principal d’améliorer la qualité de vie des habitants sur le territoire bordelais.

Une autre de mes missions est d’étudier des opérations de logements sur l’ensemble de la métropole. Je dois en évaluer l’intégration urbaine et la qualité architecturale selon une grille de critères conçue en interne, autour des sujets de densité, de morphologie urbaine et qualité d’usages, l’idée étant d’observer dans quels cas ces aspects de la ville sont valorisés ou pas, pourquoi et comment. Une fois de plus, cette question de l’intégration architecturale dans un système plus large qu’est l’urbain a été une approche qui m’a plu lors du séminaire « Repenser la métropolisation » à l’ENSAP de Bordeaux. Je continue donc de poursuivre ma pratique du territoire comme je l’ai initiée lors de mon master à l’ENSAP.

Q : Quelles sont vos perspectives d’avenir ?

A. T. : Dans un court terme, je souhaiterai prolonger mon CDD à l’a-urba pour aller au bout des missions que l’on m’a confiée. En effet, mon contrat se termine en septembre, or toutes mes missions dont celle la plus importante en termes d’investissement de temps, celle de rédiger le cahier des charges des boulevards pour Bordeaux Métropole devrait prendre fin après. Je me pose également la question de faire une HMONP[2] ayant toujours un attachement fort pour l’architecture.

Sur le long terme, je serai très enthousiaste à l’idée de travailler de nouveaux sur des territoires ruraux, ce qui me semble être une chose difficile en étant à Bordeaux mais possible en restant à l’a-urba puisque celle-ci peut intervenir à l’échelle de la région.

Même si je n’élabore pas de projets architecturaux depuis un petit moment, je souhaiterai concevoir de nouveau des projets répondant aux besoins des territoires, toujours avec la volonté qu’ils soient adaptés aux réalités locales que sont entre autres les volontés des populations, les besoins économiques et les formes urbaines qui les composent.

Q : Quel est le conseil que vous donneriez aux futur.e.s architecte.s ?

A. T. : Avoir des convictions mais pas un esprit fermé. Avoir des convictions est important, d’une part pour se faire confiance et donc oser proposer, et d’autre part pour parvenir à communiquer et échanger son idée. Il faut, pour cela, savoir se remettre en question et donc avoir un esprit ouvert pour progresser dans notre raisonnement.

Par esprit ouvert, j’entends aussi qu’il est nécessaire de connecter les choses, de pas penser en silo, car une question complexe concerne de multiples éléments à intégrer et lier, et cela dans un exercice de mémoire comme dans un exercice de projet.


[1] Urbanisme : Stratégie, Projet & Maîtrise d’Ouvrage

[2]  Habilitation à la Maîtrise d’Œuvre en son Nom Propre

Pour aller plus loin,