Portrait : Benjamin Dussud

Architecte diplômé d’État en juin 2019, Benjamin Dussud poursuit son parcours dans l’enseignement supérieur en réalisant son HMONP[1] à l’ENSA de Nantes au sein de l’Atelier d’Architecture King Kong. Lors de son mémoire de master et de son PFE[2] à l’ENSAP de Bordeaux il a développé les thématiques de la musique, de la culture et des classes populaires et leur relation avec la ville dans le contexte général de métropolisation. Dans sa mise en situation professionnelle actuelle, il explore et multiplie les approches de l’architecture dans le monde culturel, l’Atelier d’Architecture King Kong étant connue pour ce genre de projet. Portrait.

Question : Pourquoi avoir choisi le séminaire « Repenser la métropolisation » ?

Réponse Benjamin Dussud : Lors de ma licence à l’ENSA de Grenoble, j’ai pu suivre un cours qui abordait ces questions de métropolisation sur des villes américaines et chinoises. Je suis parti en mobilité au Brésil pour mon Master 1 avec l’idée de développer cette approche métropolitaine et d’en faire le sujet de mon mémoire de master. Cependant, durant cette année à Sao Paulo, j’ai été marqué par une hétérogénéité urbaine repérable au niveau des différentes pratiques sociales dans la ville qui étaient souvent très opposées, ce qui a révélé un décalage entre les représentations de cette mégalopole et sa vie quotidienne.

À mon retour en France, j’ai voulu comprendre la place de ces cultures populaires au sein du processus de métropolisation des villes. C’est pourquoi, j’ai voulu intégrer ce séminaire à l’ENSAP de Bordeaux, qui me permettrait de continuer et de m’apporter des réponses.

Q : Quel sujet avez-vous questionné dans votre mémoire ?

B. D. : J’ai donc choisi de traiter la place des cultures populaires et de la culture musicale dans le processus de métropolisation et d’évolution de la ville de Sao Paulo. Plus particulièrement, lors de mon Erasmus, j’ai remarqué que le centre-ville était délaissé avec beaucoup de patrimoine non exploité. J’ai expérimenté la vie de nuit et notamment aux côtés de communautés LGBT qui écoutaient de la musique techno, se saisissant d’un mouvement musical lié à la précarité dans les années 1980 aux États-Unis pour revendiquer la place de certaines classes sociales dans ce déséquilibre sociétal qui perdure à Sao Paulo.

La particularité de ces groupes est qu’ils investissent le centre-ville, à la fois dans les rues mais aussi dans les bâtiments abandonnés. Le temps d’une nuit, ces groupes vont apporter une richesse culturelle et artistique à un lieu de manière éphémère. À l’opposé, les politiques veulent mettre en place un plan de requalification du centre-ville sans prendre en compte ces activités de réinvestissement qui ont lieu.

Ainsi, dans un contexte où la ville subit une mutation économique due à la métropolisation des grandes villes, j’ai voulu, à partir de mon expérience passée, décrypter la façon dont ces cultures populaires contribuent à la requalification du centre-ville.

Q : Comment cet exercice vous a-t-il aidé dans votre vie professionnelle ?

B. D. : En faisant ce mémoire et en initiant les recherches pour le PFE, j’ai compris que ce qui m’importait était le lien entre l’architecture et les cultures populaires. Ma profession fait en effet parti de processus sociaux, qu’elle peut faciliter, prendre en compte ou oublier. En approfondissant mes connaissances et en m’investissant dans ce sujet, je me suis créé des convictions. J’ai compris grâce à cet exercice que l’essentiel est d’avoir une posture, ce qui me permet de m’affirmer en tant que jeune architecte dans ma vie professionnelle.

Avant cet exercice, je partais du principe que la recherche m’intéressait beaucoup, j’ai pu me rendre compte tout au long de ce mémoire que finalement ça ne me correspondait pas. Plus particulièrement, c’est la lenteur nécessaire de l’exercice qui ne m’a pas plu. En effet, il faut effectuer un travail préalable conséquent de recherches qui s’oppose au temps plus court de l’action. Même si cet aspect ne me sert pas concrètement dans ma situation professionnelle, le fait que je m’en sois aperçu par le biais de cet exercice m’a permis de prendre conscience de mon intérêt pour l’action et la pratique plutôt qu’à la recherche.

Q : Quelle est votre situation professionnelle actuelle ? Et quelles sont vos responsabilités ?

B. D. : Je continue ma formation en effectuant mon HMONP à l’ENSA de Nantes. Celle-ci comprend une mise en situation professionnelle que j’effectue dans l’Atelier d’Architecture King Kong à Bordeaux. J’ai démarré mon contrat dans cette agence en décembre 2019. Je n’ai pas de mission particulière assignée. J’ai commencé un premier CDD dans cette agence de septembre à décembre durant lequel je me suis occupé d’une opération de fin de chantier d’un projet. En démarrant mon second contrat dans le cadre de mon HMONP, j’ai été délocalisé sur un autre projet. Je n’ai pas d’objectifs fixés si ce n’est, de toucher à un maximum de thématiques et de phases différentes comme faire un DCE[3], ce qui est possible avec cette formation dans cette agence et qui n’est pas toujours le cas quand on démarre une carrière directement après le diplôme.

Q : Est-ce que vous avez poursuivi dans votre activité les thèmes que vous aviez développés dans  votre mémoire ?

B. D. : L’Atelier d’Architecture King Kong est assez connue pour ses projets culturels. Cette notion de culture fait partie de ces sujets tels que la logique sociale ou encore la musique dans l’architecture que j’ai aimé questionner par le biais des exercices de mémoire et de PFE à l’ENSAP de Bordeaux. Je considère donc qu’il y a une forme de continuité même si elle n’est pas claire. En effet, j’essaye de développer l’aspect humain au travers des chantiers, phase dans un projet qui me permet de me rapprocher le plus de cette thématique.

Cependant, la position au sein de l’agence ne me permet pas toujours d’imposer mes choix. C’est pourquoi, je pense que cette expérience avec cette culture architecturale alimente mes thématiques, me permettant d’apercevoir les bons comme les mauvais aspects. Appréhender ces thèmes qui me sont chers, dans le cadre d’une agence, me permet donc d’avoir une approche supplémentaire.

Q : Quelles sont vos perspectives d’avenir ?

B. D. : Je n’ai pas de perspectives définies. Selon moi, l’aspect social et culturel d’un projet peut être approfondi et gagner de la force dans la phase de déroulement du chantier. Je voudrais éventuellement trouver une agence qui me permette de m’exprimer davantage sur cette volonté.

Actuellement, l’agence dans laquelle je fais mon HMONP compte pas moins de 30 collaborateurs. Mon objectif serait d’intégrer une agence plus petite pour acquérir plus de compétences dans la pratique du chantier. Par ce biais-là, je pourrai continuer à approfondir la voie que j’ai entamée en master et peut-être, un jour, finaliser ma volonté par le biais d’un projet ou programme concret.

Q : Quel est le conseil que vous donneriez aux futur.e.s architecte.s ?

B. D. : Se positionner, s’affirmer, avoir des convictions. Cet exercice de mémoire demande d’avoir un regard critique sur un sujet. Le fait de ne pas toucher à de l’architecture physique, tout en la décryptant d’une manière ou d’une autre, est un moyen d’affirmer sa position.

Se constituer des convictions est très important. L’objectif est d’être naïf et de confronter ses pensées ou réflexions que l’on a avancées pour apprendre à rebondir et repartir.

Cette affirmation de vouloir travailler l’architecture en adoptant une conduite spéciale permet de s’affirmer en tant que jeune praticien.


[1] HMONP : Habilitation à la Maîtrise d’Œuvre en son Nom Propre

[3] Dossier de Consultation des Entreprises

[2] PFE : Projet de Fin d’Études

Pour aller plus loin,