Portrait : Célia Gomez

Célia Gomez a décidé de questionner le rôle de l’architecte dans son mémoire de master à l’ENSAP de Bordeaux. Cette réflexion a été initiée lors d’une mobilité en Thaïlande où elle a pu côtoyer d’autres formes d’architecture et notamment les installations urbaines. Ces découvertes émettent en elle l’envie de pratiquer le métier d’architecte autrement, avec une dimension participative et un attrait particulier pour les matériaux écologiques. Portrait.

Question : Pourquoi avoir choisi le séminaire « Repenser la métropolisation » ?

Réponse Célia Gomez : J’ai choisi ce séminaire par résignation. Je m’intéressais plus à la question du logement et souhaitais intégrer en conséquence le séminaire Habitat mais je n’ai pas été prise car il y avait beaucoup de demandes. C’était également la première année du séminaire « Repenser la métropolisation », il n’y avait donc pas de retour possible d’anciens étudiants pour se projeter.

Au final, c’est un master qui me correspondait : il est question d’alternatives et de questionnement sur les sens des projets à l’échelle économique et sociale et pas seulement constructive.

Q : Quel sujet avez-vous questionné dans votre mémoire ?

R. C. G. : J’ai choisi de questionner le rôle de l’architecte. L’idée de travailler sur ce sujet a été initiée lors de mon année de mobilité à Bangkok en première année de master. En découvrant une culture et des nouvelles manières de faire l’architecture, je me suis notamment questionnée sur l’existence des installations urbaines en France, qui sont très répandues en Thaïlande. C’est pourquoi, j’ai analysé des collectifs d’architectes français à travers des projets d’installations urbaines.

En effectuant ce travail, j’en suis venue à dévier de mon sujet initial pour me diriger vers le métier d’architecte à travers le collectif. Cette vision de l’architecte montrait une nouvelle manière de faire, notamment dans la pratique et sur le terrain, différente du métier d’architecte exercé en agence. Cette découverte amenait des questions concrètes supplémentaires auxquelles j’ai tenté de répondre par le biais de cet exercice de mémoire.

Q : Comment cet exercice vous a-t-il aidé dans votre vie professionnelle ?

R. C. G. : Je dirai que cet exercice m’a aidée à adopter une méthode de travail et une manière de me questionner sur les choses. Cette réflexion m’a fait réfléchir et m’a permis de me positionner sur la manière avec laquelle je voulais exercer mon métier d’architecte. Je porte encore cette idée à l’heure actuelle et essaie de la mettre en pratique dans ma vie professionnelle.

En ce qui concerne le domaine de la recherche, j’ai trouvé la démarche intéressante pour relever et communiquer des informations. Cependant, il manque à mon goût le côté pratique et expérimental que j’affectionne particulièrement dans la pratique de l’architecture.

Q : Quelle est votre situation professionnelle actuelle ? Et quelles sont vos responsabilités ?

R. C. G. : Je suis architecte dans une petite agence qui compte 3 collaborateurs à Montélimar depuis novembre 2019. En ce moment je m’occupe de rédiger des CCTP, de répondre à des concours et également d’un projet de bâtiment avec un mode de construction en terre crue assez spécifique : le pisé. C’est l’occasion pour moi d’expérimenter des matériaux écologiques et de rencontrer des entreprises avec des savoir-faire particuliers.

Par ailleurs, j’ai déménagé dans le petit village d’Eyzahut dans la Drôme en novembre 2019. J’ai intégré les équipes de commissions citoyennes qui se charge de l’aménagement et du cadre de vie du village. Il s’agirait de mettre en place une concertation citoyenne (villageois, artisans et administrateurs) pour développer des bâtiments écologiques en les faisant participer lors de chantiers ou de travaux de rénovation à petite échelle. Le but étant de sensibiliser et regrouper l’intérêt des habitants, artisans et administrateurs pour le réemploi, les différents savoir-faire, la manipulation de nouveaux matériaux écologiques, etc.

Q : Est-ce que vous avez poursuivi dans votre activité les thèmes que vous aviez développés dans votre mémoire ?

R. C. G. : La réflexion sur le rôle de l’architecte que j’avais initiée lors de mon travail de mémoire, posait la question d’une manière alternative avec laquelle je pourrais pratiquer l’architecture. Lors du PFE que j’ai effectué avec Anaïs Turquetil, nous nous sommes intéressées aux initiatives de la Drôme, qui est un territoire très actif dans ces questions écologiques. La population semblait très sensibilisée à ces nouvelles manières de faire, notamment le monde artisanal qui a tendance à retourner aux matériaux de construction locaux comme la terre crue.

Avec mon travail à l’agence de Montélimar et mon projet de concertation citoyenne à Eyzahut, je poursuis cette volonté de pratiquer l’architecture en privilégiant la population et l’environnement. L’engagement et l’expérience des habitants, ajoutés à l’utilisation de matériaux locaux, permettraient la mise en œuvre d’une architecture alternative.

Q : Quelles sont vos perspectives d’avenir ?

R. C. G. : Dans un futur proche, je souhaiterais réaliser ce projet d’« architecture de village » et le développer avec la mairie d’Eyzahut.

Rester employée à l’agence de Montélimar me permettrait aussi d’alimenter mes réflexions et d’enrichir mes connaissances sur ces matériaux biosourcés. De plus, cela déterminerait mon envie sur le long terme, à savoir si cette vie en agence me conviendrait au point de vouloir en créer une ou si j’opte pour développer mon attrait aux matériaux en devenant artisane en pierre crue.

Q : Quel est le conseil que vous donneriez aux futur.e.s architecte.s ?

R. C. G. : Essayer de tester des choses, suivre son intuition, prendre plaisir à concevoir et faire. Cela implique d’être ouvert et de ne pas hésiter à communiquer avec les autres acteurs du bâtiment pour apprendre les manières et méthodes particulières de conception.

Pour aller plus loin,