Portrait : Marion Geoffroy

Diplômée d’État à l’ENSAP de Bordeaux en février 2018, Marion Geoffroy rejoint l’agence d’architecture Linéas à Huambo en Angola, où elle avait réalisé son stage de master. Elle est embauchée en tant que chef de département pour reconstituer le tracé urbain de cette ancienne capitale, détruite par la guerre civile.

Alors qu’elle a approfondi l’étude des territoires ruraux dans son mémoire de master, elle exerce aujourd’hui sa profession dans un contexte urbain. Cependant, elle continue d’enrichir ses connaissances des territoires ruraux grâce au décalage culturel entre la France et l’Angola. Portrait.

Question : Pourquoi avoir choisi le séminaire « Repenser la métropolisation » ?

Réponse Marion Geoffroy : J’ai choisi ce séminaire car il me paraissait être le plus adapté pour aborder les thématiques qui me tenaient à cœur. Je me suis renseignée auprès des référents des séminaires de mémoire ainsi que sur leur formation au préalable. Je souhaitais être accompagnée tout au long de cet exercice par des enseignants dont les compétences correspondaient à mes thématiques d’étude. Xavier Guillot et Julie Ambal paraissaient être les plus compétents pour suivre mon travail.

Q : Quel sujet avez-vous questionné dans votre mémoire ?

M. G. : Je me suis intéressée aux territoires ruraux à une échelle assez large. Je voulais profiter de l’exercice de mémoire pour développer une thématique que je n’avais encore jamais abordée à l’école. Le monde rural est quasiment absent de l’enseignement à l’ENSAPBX, pourtant il correspond à 70% du territoire français.

L’aspect personnel m’a aussi donné envie de me tourner vers ce sujet. En effet, j’ai toujours vécu dans des grandes villes, notamment des banlieues urbaines. J’avais pour habitude de passer toutes mes vacances à la campagne. J’ai toujours apprécié ces paysages ruraux, que je trouve plus agréables. Cependant, je constatais depuis mon plus jeune âge la dégradation de ces territoires, c’est pourquoi, j’ai voulu par le biais de cet exercice de mémoire les étudier.

Q : Comment cet exercice vous a-t-il aidé dans votre vie professionnelle ?

M. G. : Cet exercice de mémoire a changé beaucoup de choses. En effet, le fait qu’il soit individuel et personnel nous oblige à nous recentrer sur soi, prendre le temps d’écrire, adopter une nouvelle manière de voir et d’appréhender les choses, modifier la manière de se référencer, améliorer sa perception… Toutes ces méthodes de travail ne sont abordées à l’école qu’à partir du master. C’est pourquoi il nous permet de nous améliorer et de nous perfectionner dans les travaux de recherche et d’écriture.

Toutes ces aptitudes sont de véritables qualités de travail. Même si le contexte est considérablement différent, elles m’aident dans ma vie professionnelle. Par exemple, je dois en ce moment constituer et déposer un dossier à l’UNESCO, ce travail s’effectue comme un travail de mémoire. Il s’agit de faire de la recherche et de conserver les informations importantes.

Q : Quelle est votre situation professionnelle actuelle ? Et quelles sont vos responsabilités ?

M. G. : Je suis actuellement chef de département dans l’agence d’architecture Lineas à Huambo en Angola. Plus précisément, je suis chargée d’étudier et de redessiner le plan de cette ancienne ville coloniale, en grande partie détruite par la guerre civile qui s’est déroulée jusqu’en 2002. Huambo est l’ancienne capitale de l’Angola, elle compte beaucoup d’éléments architecturaux historiques. L’enjeu est d’une part de relever et sauvegarder le patrimoine urbain et architectural, et d’autre part de sensibiliser les habitants au potentiel historique de la ville.

Mes missions sont donc assez vastes. En tant que chef d’un département de l’agence, je supervise une équipe qui travaille sur la reconstitution de la ville : dessin en plan et relevés des hauteurs de bâtiments. Une autre de mes missions est la valorisation et la médiatisation du patrimoine. Une fois le relevé terminé, nous réalisons une maquette de la ville et nous la rendons visible par tous les habitants. De la même façon, nous aidons le musée de Huambo en restaurant physiquement et informatiquement des photographies historiques. Enfin, l’agence récupère quasiment tous les étudiants de l’école d’architecture de Huambo, c’est pourquoi je suis régulièrement amenée à superviser des groupes de 10 stagiaires pendant quelques mois. Je les accompagne et les sensibilise à la protection du patrimoine, et en échange l’agence s’appuie sur leurs travaux au sein de l’agence pour alimenter sa banque de données.

Q : Est-ce que vous avez poursuivi dans votre activité les thèmes que vous aviez développés dans votre mémoire ?

M. G. : Je n’ai pas vraiment poursuivi la thématique abordée dans mon mémoire puisque je travaille en milieu urbain actuellement. Cependant, d’une certaine manière, je mets en application ce que j’ai appris par le biais du mémoire : j’essaye notamment d’inculquer aux stagiaires de l’agence la nécessité de développer les espaces ruraux.

Par ailleurs, les différences culturelles entre l’Angola et la France m’ont permis de constater qu’en Afrique il y a énormément d’importation alors que le territoire jouit de matériaux locaux tels que la pierre et le bois. La notion d’économie locale que j’avais approfondi dans mon mémoire est totalement absente du système angolais. J’essaye de faire comprendre aux habitants les qualités et l’importance d’un tel dispositif même si ici le bois est assimilé aux pauvres tandis que le béton est perçu comme un matériau moderne.

Q : Quelles sont vos perspectives d’avenir ?

M. G. : Je sens qu’il va arriver un moment où il sera nécessaire pour moi de transmettre le projet car je pense rentrer en France dans quelques temps. J’aimerais dans l’idéal travailler en milieu rural, plus précisément pour réhabiliter un lieu et créer des programmes en fonction des besoins d’une commune. Je ne suis pas pour la construction pour la construction, je n’aspire pas à faire du neuf, je préfère exploiter le potentiel de bâtiments détruits ou à l’abandon pour voir ce qu’on en peut faire.

Q : Quel est le conseil que vous donneriez aux futur.e.s architecte.s ?

M. G. : Il faut se trouver avant de se lancer. Le master constitue le moment où il faut se poser les bonnes questions : quel.le architecte veut-on être ? Celui ou celle qui va construire de nouvelles constructions de façon innovante ? Celui ou celle qui va intervenir et travailler la notion de patrimoine ?

Le travail d’architecte est difficile, il faut donc être porté constamment par la motivation. Il est donc nécessaire de trouver pendant ce temps de master les valeurs que l’on souhaite conserver dans son parcours professionnel pour se diriger par la suite et faire de nous de bons professionnels.

Pour aller plus loin :