Portrait : Mélanie Fraysse

Après avoir effectué sa licence à l’ENSA de Saint-Étienne, Mélanie Fraysse part faire son master à l’ENSAP de Bordeaux. Dans le cadre de son exercice de mémoire, elle va découvrir la ville et relever les innovations dans la pratique de l’architecture au travers de grands projets en étant attentive à l’implication des habitants. Elle effectue ensuite son HMONP[1] à l’ENSAP de Bordeaux au sein de l’agence d’architecture Guiraud-Manenc, avant de travailler à plusieurs reprises dans des agences de paysage telles que l’agence A+R à Saint-Émilion puis l’agence Moz Paysage à Lyon où elle travaille encore actuellement. Ces différentes expériences professionnelles lui font découvrir et approfondir un attrait aux qualités spatiales, à la relation au contexte urbain et aux habitants. Portrait.

Question : Pourquoi avoir choisi le séminaire « Repenser la métropolisation » ?

Réponse Mélanie Fraysse : J’ai commencé les deux premiers semestres de mémoire dans le séminaire « Architecture ville et territoire ». Je me posais des questions sur la ville et notamment sur la ville de demain. Plus précisément, j’aimais l’approche plus vaste à l’échelle du territoire et étais intéressée par le rapport de l’architecture et d’un projet avec les habitants.

En discutant avec des camarades, je me suis rendue compte que le séminaire « Repenser la métropolisation » abordait les questions auxquelles je m’intéressais de manière plus approfondie comme l’avenir des villes, le poids des habitants dans sa construction et les différents acteurs qui la composent. C’est pourquoi en deuxième année de master, pour le dernier semestre de mémoire, j’ai changé de séminaire et ai intégré celui de « Repenser la métropolisation ».

Q : Quel sujet avez-vous questionné dans votre mémoire ?

M. F. : Je me suis intéressée à l’implication des citoyens dans la question de la métropole de demain. Plus précisément, j’ai étudié le cas de la ville de Bordeaux. Ayant fait ma licence à l’ENSA de Saint-Étienne, cet exercice représentait pour moi l’occasion de découvrir et de comprendre cette ville. Pour ce faire, j’ai beaucoup questionné la fabrication de la ville en général, les nouveaux projets qui s’y faisaient ainsi que l’implication des habitants dans toutes ces constructions.

Concernant le choix du sujet, plusieurs éléments m’ont influencée. Le déclic a sans aucun doute était le film Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent qui est sorti en 2015. La remise en cause de ce qui se faisait dans un dialogue positif m’a encouragée à me questionner et relever ce qui fonctionnait et qui pourrait servir d’exemples pour la conception de la ville de demain. Par ailleurs, mon intérêt pour la question sociale a été accentué par mon implication associative, que ce soit au jardin partagé de l’Éphémère de Bègles comme au café associatif Le Petit Grain à Bordeaux.

Q : Comment cet exercice vous a-t-il aidé dans votre vie professionnelle ?

M. F. : Il m’a permis de me positionner dans le type d’emploi et de projet que je recherche. En tant qu’architecte, je savais que je pouvais travailler dans une autre structure qu’un cabinet d’architecture. En effet, j’ai su que mon goût pour l’usage, les qualités spatiales et les relations avec les habitants m’ont rapprochée de l’espace public plutôt que du bâtiment. Il était juste question de comprendre qu’il y a plusieurs manières de faire de l’architecture et de penser le territoire. C’est pourquoi, après avoir commencé à travailler dans une agence d’architecture, je me suis tournée vers des agences de paysage.

En terme de méthodologie a proprement parlé, l’écriture m’aide particulièrement pour rédiger des offres ou des candidatures. La méthodologie que l’on nous a apprise à l’école s’avère être particulièrement utile pour cela.

J’ai d’ailleurs gardé un attrait particulier pour l’écriture. J’aimerais parfois retrouver ce cadre scolaire de recherche où on prend le temps d’explorer les informations pour écrire sur un thème précis. J’ai parfois l’envie d’écrire des articles sur des projets, structures et collectifs d’architectes ou pluridisciplinaires qui me plaisent.

Q : Quelle est votre situation professionnelle actuelle ? Et quelles sont vos responsabilités ?

M. F. : Je suis cheffe de projet dans l’agence de paysage MOZ Paysage à Lyon. J’occupe ce poste depuis seulement mi-février et traite des réponses à des appels d’offre et concours. Parmi ces différentes réponses, figurent notamment deux projets conséquents, le premier est une gare routière et l’autre des îlots de logements. Ces deux projets sont assez complexes et nécessitent, de constituer des équipes conséquentes de maîtrise d’œuvre.

Auparavant j’ai travaillé dans des agences d’architecture. Mais au fur et à mesure, j’avais envie de travailler sur des projets urbains et je me questionnais sur la programmation des espaces : comment les gens les investiraient et comment ça pouvait changer l’image de la ville. C’est pourquoi j’avais envie de travailler dans des agences d’urbanisme. Puis j’ai eu l’opportunité de travailler dans une agence de paysagisme. Cette approche qui intègre l’objet architectural au contexte m’a beaucoup plu.

Q : Est-ce que vous avez poursuivi dans votre activité les thèmes que vous aviez développés dans  votre mémoire ?

M. F. : Je ne travaille actuellement par sur des projets participatifs auprès des habitants donc pas vraiment. Même si l’agence n’est pas spécialisée là-dedans, elle est de plus en plus amenée s’interroger sur la maîtrise d’usage en collaboration avec des acteurs, des membres de l’équipe de maîtrise d’œuvre, qui assurent cette mission-là. Il s’agit de collaborer avec un acteur comme une association de quartier par exemple, qui va accompagner les habitants pour finir la programmation des espaces qui sont laissés libres pour être pensés par eux. Même s’ils ne sont pas experts dans ce domaine, ils sont souvent force de proposition. Les questions du vivre ensemble et de la convivialité sur ces lieux sont essentielles, c’est pourquoi cette question de la maîtrise d’usage revient souvent dans les projets.

Je ne pratique donc pas directement ce relationnel aux habitants mais suis contente de le retrouver. Je serai curieuse de voir les différentes activités que l’on pourrait développer avec les habitants si on parvenait à gagner les projets que l’on développe actuellement pour des appels d’offres. J’ai déjà eu la chance de faire de la concertation et des ateliers dynamiques avec les habitants dans le cadre d’un travail sur une rue de La Réole, lors de mon précédent emploi dans l’agence de A+R Paysagiste à Saint-Émilion. Ce travail et ces rencontres avaient été particulièrement passionnants.

Q : Quelles sont vos perspectives d’avenir ?

M. F. : Avant de trouver cette agence, j’ai envisagé de créer mon entreprise. J’ai pensé à une structure qui lierait architecture, urbanisme et paysage qui permettrait aux projets développés de bénéficier d’une approche pluridisciplinaire. Je considère que ces 3 domaines sont transversaux et qu’ils se complètent sur un projet. En abordant seulement le projet d’architecture, on perd beaucoup de qualités. C’est en ajoutant les questions urbaines et paysagères que l’on retrouve une conception plus aboutie. J’ai aussi pensé à une agence paysage et urbanisme car concevoir un bâtiment m’intéresse moins.

J’ai aussi rencontré le collectif Pourquoi Pas à Vaulx-en-Velin qui envisage la pratique architecturale comme vecteur de transmission et de projection collective. Il ne s’agit pas forcément de concevoir un bâtiment mais d’être à l’écoute des acteurs du territoire, de leurs besoins et revendiquer de nouvelles façons de faire avec eux. Cette faculté de pouvoir exercer autrement le métier d’architecte m’a donné envie d’en faire partie ou d’en créer un.

Q : Quel est le conseil que vous donneriez aux futur.e.s architecte.s ?

M. F. : Être curieux et s’ouvrir à d’autres façons d’exercer le métier d’architecte. Je pense qu’on se limite souvent aux méthodes que l’on a l’habitude de pratiquer alors qu’il existe une infinité de manières d’exercer le métier. L’expertise que l’on possède en tant qu’architecte est appréciée dans d’autres domaines, il ne faut pas avoir peur d’oser et diversifier les expériences. À chaque étape d’un projet, on peut intervenir à plusieurs échelles, ce qui apporte une richesse considérable aux projets et fait bouger les manières de faire.


[1] HMONP : Habilitation à la Maîtrise d’Œuvre en son Nom Propre

Pour aller plus loin,